jeudi, juin 25

Steven Wells RIP


(source : IPC Media)

Je sors de ma léthargie pour signaler aux anciens (ou actuels) lecteurs du NME que l'un de leurs journalistes vedettes des années 90 est mort avant-hier aux Etat-Unis.
A l'époque, dans un NME tout entier dévoué à la gloire de la Britpop, il était toujours là pour faire entendre un autre son de cloche, que ce soit en remettant à sa place la mystique du groupe indie comme seul dépositaire de l'Intégrité Artistique, ou en se prenant de passion pour des groupes aussi différents que Atari Teenage Riot ou Daphné & Celeste (youtube est votre ami). Il formait un peu pour moi avec John Peel une sorte de modèle du journaliste rock anglais curieux de tout et libre de tout dogmatisme. Accessoirement, c'est le seul journaliste du NME dont j'ai jamais découpé les articles juste par ce qu'ils étaient de lui, bien que le sujet ne m'intéressait guère.

En guise d'hommage, et faute d'articles plus consistants sur le Web, un lien vers une chronique qui m'avait beaucoup marqué à l'époque (1999).

Plus d'infos ici, , ou .

2 commentaires:

Sonic Eric a dit…

Steven Wells était un vrai iconoclaste comme si peu l'étaient en France à l'époque où tout le monde ou presque s'aplatissait devant Oasis. J'aimais beaucoup David Quantick aussi.
Cela m'a toujours épaté les facilités d'écriture de ces types.

lyle a dit…

Steven Wells m'évoque immédiatement 'long live the uk music scene' d'Helen Love...
http://www.youtube.com/watch?v=WFcu7gSt640