mardi, octobre 4

Opération humanitaire

Même quand on aime la pop contemporaine (au sens où je l'entends ici, c'est-à-dire de Britney Spears à Robbie Williams en gros), il faut bien reconnaître que, bien qu'à peu près tout le monde peut sortir un jour un single imparable, rares sont les albums récents qui tiennent la route sur la longueur. Dans la plupart des cas, on peut se retrouver avec une poignée de bonnes chansons et le reste de chutes de studio dont même un éliminé au premier tour de Pop Idol Liechetenstein ne voudrait pas (les premiers albums de Britney Spears ou les albums récents de Kylie Minogue sont de bons exemples). Parfois, un petit miracle survient et on découvre un album qui parvient à être aux 2/3 ou aux 3/4 convaincants (In the Zone de Britney Spears, Celebrity de *Nsync, Schizophrenic de JC Chasez ou même Millennium des Backstreet Boys, bien qu'il faudrait sans doute que je réécoute ce dernier). Cependant, les albums complètement réussis sont très rares. La sortie la semaine prochaine de, Come and get it, le deuxième album de Rachel Stevens est donc un véritable événement.

Voici huit raisons qui expliquent de manière scientifique pourquoi vous vous devez de l'acheter sans tarder.

1 - Contrairement à la plupart des chanteuses pop (oui, oui, Britney, c'est à toi que je parle), elle ne se sent pas obligée de nous infliger deux-trois ballades 'à voix' pour prouver à ses détracteurs qu'elle n'est pas qu'une machine à faire danser dans les discothèques mais est aussi capable de mettre de la substance et de l'émotion dans ses chansons. Ce besoin de se voir reconnaître du "talent" donne souvent de très mauvaises chansons et ceux qui ont besoin de leur dose de profondeur et de grands sentiments quand ils écoutent de la musique n'ont qu'à se rabattre sur James Blunt.

2 - Some Girls explique (littéralement) comment, pour réussir, il faut parfois faire des petites gâteries à son producteur (Richard X en l'occurrence) en précisant que l'on peut toujours faire passer le goût (première étape vers l'oubli) en buvant une coupe de champagne.

3 - It's All About Me est sans doute la chanson la plus faible de l'album (c'est la seule dont l'écoute ne me fait pas penser 'Waow. Voilà une très bonne chanson pop'). Elle contient néanmoins un sample éhonté de The Cure qui fera pâlir d'horreur les Goths les plus livides, ce qui fait de cet album l'équivalent musical d'un paquet de Persil.

4 - Toutes les chansons de l'album pourraient être des singles. D'ailleurs, à y bien regarder, quatre l'ont déjà été (Some Girls (le meilleur single de 2004), Negotiate with love, So Good ou le tout nouveau tout chaud I said never again (and here we are)). On peut d'ailleurs se demander si le fait de sortir quatre singles avant la sortie d'un album n'est pas une très mauvaise technique commerciale. Qui ira acheter un album dont il connaît déjà presque le tiers des chansons ? Moi évidemment... et vous, puisque vous vous devez de l'acheter sans tarder.

5 - Pour plein de raisons, la pop-music est dans une mauvaise passe commerciale, même en Grande-Bretagne, qui est pourtant son berceau historique. Tout indique que cet album (tout comme Schizophrenic l'année dernière) sera un désastre commercial. Or, si Rachel Stevens ne vend pas un nombre suffisant d'albums, il est probable que les chansons pop qui seront écrites dans le futur par les producteurs impliqués sur cet album seront à l'avenir refilées à Kelly Osbourne, qui se forcera à les chanter en prenant un air misérable tout en déclarant à qui veut l'entendre que son papa est un rockeur et qu'elle méprise donc la pop-music. Notre monde moderne comporte déjà bien assez d'hypocrisie pour ne pas ainsi en rajouter une couche.

6 - J'ai entendu il y a deux semaines So Good en faisant mes courses au supermarché alors que, à ma connaissance, aucun disque de Rachel Stevens n'est jamais officiellement sorti en Belgique. J'ai chanté en play-back et esquissé un pas de danse entre deux rayons et ai failli laisser choir mes douze pots de yaourt aux ananas (ma drogue de prédilection). Il s'agit donc d'un disque subversif qui s'attaque frontalement à la société de consommation... un peu comme les Sex Pistols, mais avec un plus beau sourire.

7 - Kylie Minogue est occupée à se soigner. A en juger par le single, le prochain album de Madonna promet d'être franchement embarrassant. Les nouveaux morceaux de Britney Spears laissent plutôt circonspects, d'autant que tout le monde sait que le premier album post-maternité d'une chanteuse est toujours un loukhoum écoeurant plein de divagations sur le sens de la vie et le bonheur de la transmission. Il ne reste donc que Rachel Stevens pour défendre la pop musique anglo-saxonne contre les assauts de James Blunt et Il Divo.

8 - Les clients Amazon n'ont qu'à cliquer ici, ce qui fait de l'achat de l'album le meilleur rapport plaisir sur effort depuis l'invention de la sieste en hamac entre deux palmiers.

Si avec de tels arguments vous n'êtes pas convaincus, il ne me reste plus que les yeux pour pleurer.

2 commentaires:

'Thought & Humor' a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.
michelsardou a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.