samedi, juin 4

Jouons

Je vous propose une liste d'artistes et des horaires de passage et vous devez me dire quel est l'objet du festival et quelle logique a présidé au choix des artistes. Je vais jouer en même temps que vous.

16h15 : Gloria Gaynor
(bon, OK, c'est facile. A tous les coups, il s'agit d'un festival disco-rétro-kitsch, dans une discothèque boule-à-facettes de province)

17h45 : Earth Wind & Fire Experience featuring Al McKay
(ça se confirme. Une sorte de tribute-band officiel comprenant un ex-guitariste du groupe va contribuer à enflammer les hanches des quarantenaires présents qui ne demandent que ça, malgré un début d'embonpoint. L'odeur des fauteuils en skaï, des cocktails tropicaux et de transpiration devient presque étouffante)

19h15 : Jeronimo
(Tiens... C'est étrange de passer ainsi sans transition de EW&F à de la pop belge francophone avec des jolis refrains qui trottent dans la tête, parce que bon, c'est sympa comme tout mais ce n'est quand même pas très dansant. Je suppose qu'il s'agit d'un interlude avant le retour des groupes plus festifs, l'occasion pour les danseurs épuisés de se retaper avec un bon chili con carne ou un sandwich-saucisse sur le parking de la discothèque avant de retourner dans l'arène)

20h45 : Arno
(Hein ?? Arno ? C'est bien celui qui fait du blues flamand mâtiné de chanson française réaliste et de punk imbibé ? Les yeux de sa mère qui adore le noir pour lui mettre des suppositoires le soir et toussah ? Ah bon.... Je suppose effectivement que si on propose à des organisateurs de concerts un set d'Arno, encore tout auréolé de sa Victoire de la Musique (qui, incidemment, a passé quelques jours sur la table de la cuisine de ma soeur, mais c'est une autre histoire), ils peuvent difficilement refuser. Et puis, en y repensant, mettre Jeronimo comme transition entre EW&F et Arno, c'était plutôt bien vu. Il doit effectivement être environ à mi-chemin entre les deux (un peu comme Jean-Louis Aubert est à mi-chemin entre Douchka et Nuclear Assault). Cela dit, ce nouvel élément rend l'hypothèse de la discothèque de province assez tirée par les cheveux et me contraint à en échafauder de nouvelles. La présence de deux artistes belges, un francophone et un flamand, me fait penser qu'il s'agit en fait d'un festival sur la Grand-Place de Bruxelles pour fêter les 175 ans de la Belgique).

22h30 : Europe
(Hein ??? Europe? Sûrement, ça ne peut pas être ceux qui ont traumatisé les années 80 avec The Final Countdown, Carrie et Rock the night (enfin... surtout le premier)? Depuis le temps, ils doivent être morts dans la misère ou employés par la radio suédoise pour présenter des émissions sur l'histoire du rock ? Et bien non. Apparemment, le groupe qui a popularisé les crinières blondes permanentées, les solos de synthés dans le hard-rock (un hommage à Van Halen) et les logos en faux métal brillant sont vraiment de retour. Si ça se trouve, ils ne sont même jamais partis. Mais que diable font-ils sur la même affiche que Arno et Gloria Gaynor ?)

Non. Vraiment, je renonce à comprendre ce qui a bien pu faire penser aux organisateurs qu'il s'agissait d'une affiche cohérente. D'ailleurs, si ça se trouve, c'est un concert imaginaire inventé par des journalistes farceurs.

....

Ah ben, en fait, non. Ca existe vraiment. Il s'agit d'un concert pour célébrer les 100 ans du syndicat socialiste des métallurgistes. C'est ce soir. Et en plus c'est gratuit et à une demi-heure à pied de chez moi. Quand je pense que j'aurai sans doute la flemme d'y aller.....

2 commentaires:

Leno a dit…

Hé ben. Ca, c'est du programme.
Putain putain, c'est vachement bien...la question c'est surtout : mais que viens faire Arno au milieu de tout ça ?

drou a dit…

En parlant de logique ayant présidé au choix des artistes pour ce concert, le fait que tu évoques Europe me fait penser à Philippe De Villiers, homme politique français penchant très dangereusement vers l'extrême droite. Qu'avait-t'il comme musique lors de ses meetings ? "The Final Countdown" de Europe. Pour un partisan du Non à la Constitution Européenne, soit il est très cynique, soit il est très con.