dimanche, février 18

Les albums de 2006 (XV)

Matt Elliott - Failing Songs (Ici d'ailleurs)
Si je ne me trompe, il s'agit du troisième album que Matt Elliott (ex-Third Eye Foundation) sort sous son propre nom. Comme sur les deux précédents, la post-electro apocalyptique de son groupe laisse ici la place à un folk spectral où les voix semblent n'être que des réminiscences de marins morts en mer il y a plusieurs siècles (je devrais sans doute souffler à Gore Verbinski l'idée de confier à Matt Elliott la bande son du troisième volet de Pirates des Caraïbes). L'accompagnement se limite sur la plupart des morceaux à un peu de guitare, de percussions légères et quelques notes de piano ou de violon. Comme le titre le mentionne explicitement, cet album semble être la mise en musique d'un constat d'échec total (pour la musique ? pour l'humanité ? pour Matt Elliott lui-même ? plus sûrement sans doute pour tout cela à la fois). Les paroles de Lone Gunmen Required, par exemple, commencent par "Here we stand alone again / Divided by the same old men / Hands behind our back again / Our backs against the wall again.", celles de The Failing Song par "As youths we used to talk at night / Of the joys that life was going to bring our way / And the failures of our forebears / Were as clear to us as the cold light of day" (comme vous vous en doutez sans doute le second paragraphe commence par "But now..."). Pourtant, ce constat se trouve constamment contredit par la beauté même des chansons. Ces douloureux échecs et ces espérances déçues que les paroles de l'album ressassent ne sont-ils pas le passage obligé avant une renaissance, un nouveau départ ? Je n'ai jamais souscrit à l'idée que l'on écoute de la musique triste pour se sentir encore plus triste. Au contraire, la musique, quand elle est belle, est source de plaisir, et tant qu'il est possible de ressentir du plaisir, il reste de l'espoir. Contre toute apparence, ce disque est donc sans doute un cri d'espoir, l'expression d'une inébranlable volonté de continuer la lutte. L'électronique bruitiste de TEF vient d'ailleurs parfois bousculer les chansons squelettiques qui constituent 80% de l'album (comme sur Desamparado par exemple), comme pour ajouter un peu de chaos dans un discours qui pourrait sinon paraître trop transparent.
- Liens : Site officiel, MySpace
- A écouter : Lone Gunmen Required (mp3)
- Acheter

Lupen Crook - Accidents Occur Whilst Sleeping (Tap’n’Tin Records)

J'ai consacré mon billet de la quinzaine sur la Blogothèque à cet album. Je vous encourage vivement à aller y faire un tour (ou à tout à le moins écouter les morceaux, dont les liens sont également disponibles ci-dessous) car il fera sans aucun doute partie de mon top 4 final (dont la publication n'est plus si éloignée, promis).
- Liens : Site officiel, Page MySpace
- A écouter : Love 80(mp3), The Dead Relative (mp3), Halloween (mp3)
- Acheter

3 commentaires:

G.T. a dit…

Je découvre ton blog en passant par "Un violon, un jambon", et c'est une très agréable surprise ! Tomber sur des articles concernant Matt Elliot (je viens de faire une chronique de Failing Songs) et Espers, deux de mes "favoris" de ces dernières années, et y entendre aussi parler de Marissa Nadler... je te mets dans mes favoris et reviendrait régulièrement trainer par ici !

Pierre a dit…

C'est gentil, ça. Après une petite visite chez toi, je t'ai rendu la pareille, et tu me fais penser que je n'ai pas encore commandé le nouvel album de Marissa Nadler. Je m'en vais rectifier cela.

G.T. a dit…

Marissa Nadler, on ne peut pas dire qu'elle se renouvelle de façon spectaculaire... mais ça reste vraiment très beau. J'ai beaucoup aimé son dernier.