mercredi, septembre 13

Blogomix

En tant qu'employé à temps partiel de la Blogothèque, je suis contractuellement tenu de lui faire de la publicité. J'ai donc été sommé de vous signaler plus longuement l'existence du Blogomix, le réseau d'échange de compilations qu'elle met sur pied durant ce mois de septembre. En kamikaze obéissant, je m'exécute, d'autant plus volontiers que ça me permet de m'adonner à une de mes activités préférées : multiplier les phrases ronflantes pour ne rien dire.

Rappelez-vous le temps béni d'avant Internet, d'avant le peer-to-peer, cette époque où la pulsion messianique du fan de musique qui voulait faire découvrir ses nouveaux emballements trouvait sa concrétisation dans une cassette audio compilée avec amour, enregistrée avec soin et dans une liste de titres notés consciencieusement mais dans une écriture difficilement lisible. Maintenant que l'on peut partager sans lever le petit doigt toute sa discothèque avec le monde entier sans le plus souvent se soucier qu'elle soit correctement taguée, le geste du partage ne nécessite plus le moindre investissement émotionnel et a donc perdu beaucoup de sa valeur. Comment ne pas le regretter ?

Soyons donc pour une fois réactionnaire et disons "Halte là !" à ce progrès aveugle qui déshumanise et virtualise nos relations avec autrui (jusque dans ce sanctuaire de l'affectif que représente le rapport à la musique) et contribue ainsi à défaire le lien social, cette fraternité d'espèce qui représente notre seul espoir de pouvoir vivre ensemble et en harmonie dans un monde contemporain dont les valeurs succombent peu à peu aux coups de boutoir d'un consumérisme et d'un individualisme forcenés. Revenons aux relations réelles, simples, franches et directes. Revenons aux bonnes vieilles compilations de grand-papa enregistrées en audio sur CD-r que l'on échange avec quelques amis triés sur le volet dans l'attente fébrile d'un feed-back reconnaissant. Retrouvons le plaisir de la communication personnalisée. Retrouvons le plaisir du courrier postal, du timbre, de l'adresse sans @, sans '.com' ou '.net' mais avec un code postal et ces localités qui portent en leurs noms le souvenir d'un histoire plusieurs fois millénaire ("Bourg-en-Bresse", "Colombey-Les-Deux-Eglises", "Paris", autrement plus évocateurs que "gmail.com", "hotmail.com" ou "free.fr"). Retrouvons le plaisir de l'objet, du support matériel dont la simple contemplation peut faire renaître en vous le souvenir d'une amitié naissante.

Vous aussi, retrouvez le sens des vraies valeurs et participez au Blogomix. Plus d'informations ici.

Mission accomplie. Je peux retourner à mes bêtises.

3 commentaires:

pradoc a dit…

Et bien...Dis-moi...Tu en as de la chance de penser à autant de choses à chaque fois que tu colles un timbre...

Romain a dit…

Ca c'est de la promotion...

Respect.

Luc a dit…

Hello,

Si ça, ce n'est pas du style et de la haute écriture, je ne sais pas c'qu'y faut!? 'y a là quelques lignes qui feront date...