dimanche, janvier 9

Jelly J-Lo


Voici la pochette du nouvel album de Jennifer Lopez. Je ne sais pas vous, mais quand j'ai vu cette photo, ma première réaction fut de ne pas bien comprendre ce que je voyais et de tenter de me souvenir du fait divers tragique dans lequel elle avait perdu une jambe. Aucun accident de mobylette ou de moissonneuse-batteuse ne me revenant à la mémoire, j'y ai regardé de plus près (augmenter la luminosité de l'écran aide beaucoup) et j'ai fini par comprendre que la jambe manquante était bien là, quelque part entre son menton et sa main droite.

Rassuré sur son intégrité physique, je me suis alors inquiété de son bien-être : "Quel sadique, ce photographe, de lui faire prendre une telle position. Ca doit être terriblement inconfortable, non ?" Comme je ne recule devant aucun sacrifice pour vous apporter des informations vérifiées, je me suis donc assis par terre et ai tenté d'imiter sa position. Une question ("Le pied gauche, derrière ou devant la jambe droite ?") et quelques longs soupirs plus tard ("Fiou, on a plus quinze ans."), je peux affirmer que, oui, c'est TRES inconfortable, ce qui explique sans doute son sourire crispé.

Puis, soudainement, j'ai compris la raison d'être de cette position. C'est la seule qui permette de cadrer dans un seul cliché ses deux atouts principaux, c'est-à-dire son visage et le contour de son postérieur. Je tiens peut-être là une des raisons pour lesquelles ces positions de contorsionnistes moldaves, avec les jambes qui font des noeuds, sont devenues une sorte de nouveau standard de la photographie des stars. (Je ne vous cherche pas d'exemple. Vous n'avez qu'à feuilleter vos numéros de FHM.)

Cela étant dit, je ne doute pas que, pour une artiste telle que J-Lo, le choix de la pochette est un problème pris très au sérieux par les maisons de disques et que cette photo n'a été approuvée qu'après moults sondages. En conséquence, il est possible que mon ironie moqueuse soit une réaction minoritaire. Ce qui est en revanche certain, c'est que le single qui lance cet album, Get Right est assez mauvais et contient les cuivres les plus irritants depuis Underground. Ce ne sera une surprise que pour ceux qui ont déjà aimé une chanson de J-Lo. (Qu'ils se dénoncent.)

3 commentaires:

Monsieur CRE a dit…

J'avoue, j'aimais bien 'If you had my love' et encore plus 'My love don't cost a thing'. C'est soit parce que'elle finit très dénudée dans le clip, soit mon côté pétasse.
Et sinon, le lien vers la pochette n'existe pas.

Cendre a dit…

Ah la la, que d'angoisses...

Anonyme a dit…

Mdr

clark